24.8 C
Ouagadougou
mardi 31 janvier 2023
Accueil Blog

2023 débute avec plusieurs fausses informations

2023 débute avec plusieurs fausses informations. L’équipe de factchecking de la Codel en a vérifié quelques-unes. Le Gouvernement a-t-il annoncé une taxation de 10% supplémentaires sur les transferts et achats via Orange Money ??? Le ministère en charge du commerce a-t-il mis en garde des individus considérés comme véreux et de basses moralités ? Lisez...

Meet-up en live sur la page Facebook de l’ABB

Meet-up sur les dangers de la manipulation de l’information pendant la transition : Vous pouvez participer en ligne sur la page Facebook de l’ABB https://www.facebook.com/BlogueursBurkina

𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗺𝗮𝗻𝗶𝗽𝘂𝗹𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗹’𝗶𝗻𝗳𝗼𝗿𝗺𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗹𝗮 𝗧𝗿𝗮𝗻𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻

Le Jeudi 29 Décembre 2022 à 08h00, la CODEL organise un #MeetUp sur <<𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝗴𝗲𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗺𝗮𝗻𝗶𝗽𝘂𝗹𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗹’𝗶𝗻𝗳𝗼𝗿𝗺𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗹𝗮 𝗧𝗿𝗮𝗻𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻.>>
🎯Les objectifs sont entre autres :
-D’échanger sur les dangers de la manipulation des fausses informations pendant la période de transition politique au Burkina Faso,
-D’améliorer les connaissances des participants sur la thématique des fake-news et le fact-checking
-De sensibiliser les populations sur les dangers de la manipulation de l’information
-De faire des propositions pour lutter contre la propagation des fausses informations.
Le meet-up se tiendra au siège de la CODEL à Ouagadougou sis au quartier Patte- d’Oie et réunira des blogueurs de l’ABB, des influenceurs, des web activistes, des journalistes, et des communicants.
𝐔𝐧 𝐥𝐢𝐯𝐞 𝐅𝐚𝐜𝐞𝐛𝐨𝐨𝐤 𝐬𝐞𝐫𝐚 𝐫𝐞́𝐚𝐥𝐢𝐬𝐞́ 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐚 𝐩𝐚𝐠𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐀𝐁𝐁.

Des HANI de race arabe à Bouni: La fausse information relayée sur les réseaux sociaux.

#CODEL #NED #stopfakenewsbf

Nestor PODASSE arrêté : La fausse information relayée sur plusieurs plateformes.

Nestor PODASSE arrêté : La fausse information relayée sur plusieurs plateformes.
Pour en savoir davantage👇🏿👇🏿👇🏿

Réformes électorales au Burkina Faso : La CODEL identifie six thématiques prioritaires.

Lors d’une conférence de presse animée le mardi 22 novembre 2022 sis à son siège à Ouagadougou, La Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a dévoilé aux hommes et femmes des médias de notre pays six thématiques de plaidoyer en vue des élections de 2024.

Des interventions des conférenciers, il ressort que c’est à travers le projet « Veille et monitoring citoyen pour une bonne gouvernance électorale au Burkina Faso » financé par le NDI, que la CODEL a organisé des activités de capitalisation des recommandions issues des élections de 2015, 2016 et 2022 au Burkina Faso. De cette capitalisation, six recommandations seront retenues pour faire l’objet de plaidoyer en vue de leur prise en compte dans les reformes électorales programmées. Ce sont entre autres :

Le suffrage universel direct : la CODEL ayant fait cas des conflits enregistrés lors des élections municipales en 2016, a proposé que « le système actuel d’élection des exécutifs communaux au suffrage indirect ayant été éprouvé et ayant montré ses limites, il parait opportun d’expérimenter un nouveau mode de désignation », a lancé DA Hien Daniel, vice-président de la CODEL.

-La CNIB ou passeport comme document unique de votation : L’avantage de la CNIB comme document de votation pourrait se fonder sur la réduction du coût des opérations de vote. La CNIB est le document utilisé pour l’inscription sur les listes ce qui témoigne de sa fiabilité et sa sécurité. L’utilisation pourrait contribuer à réduire la corruption électorale ».

-Le Quota genre : Selon Adjaratou TALL membre du groupe de réflexion sur les réformes électorales, «les jeunes et les femmes doivent participer au développement de leur pays, a rappelé la CODEL. Il est attendu pour les échéances de 2024 au Burkina Faso, une liste dédiée pour les jeunes, les femmes et les personnes en situation d’handicap dans les postes nominatifs».

-La situation fiscale des candidats : La CODEL plaide pour l’instauration d’un « quitus fiscal » dans le code électoral pour les candidats désirant participer à une élection. « Etant entendu que les candidats à des postes électifs aspirent à gérer les deniers publics, il serait intéressant qu’ils soient lavés de tout soupçon de fraude fiscale », recommande Bassirou Sawadogo, membre du groupe de réflexion sur les réformes électorales.

-le financement des partis politiques et de la campagne électorale : La CODEL pense qu’il faut améliorer la législation en matière de financement public et privé de la vie politique et légiférer sur le financement de la vie politique. Elle est favorable à une réforme du cadre juridique des partis et formations politiques dans le sens d’une réduction du nombre de partis politiques. « On peut limiter les partis politiques », a tranché Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL. Il poursuivra en disant qu’« un parti politique qui n’a pas de siège… n’est pas un parti politique ».

-candidatures indépendantes : Selon Daniel Da Hien, le vice-président de la CODEL, « aux législatives de 2020, ce sont six alliances et 30 regroupements d’indépendants qui ont pris part aux élections. Au final, aucun élu indépendant. Pourtant, ça devrait être la meilleure forme pour les candidats … Une révision du format s’impose donc pour l’adapter aux exigences du moment et corriger les incompatibilités dans sa mise en œuvre».

Après les audiences avec le MATDS et l’ONI, la CODEL compte poursuivre ces plaidoyers pour leur prise en compte pendant cette période de transition afin d’avoir une base solide.

Réformes électorales : Audiences avec le MATDS et l’ONI

Réformes électorales au Burkina Faso : La CODEL reçue par le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, le Colonel Boukaré ZOUNGRANA et le Directeur Général de l’ONI M. Sie Tiefi Dabiré.
Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet « Veille et monitoring citoyen pour une bonne gouvernance électorale au Burkina Faso » financé par NDI, une rencontre de capitalisation des recommandations issues des observations électorales de 2015, 2016 et 2020 s’est déroulée le mardi 02 août 2022 à Ouagadougou et a réuni des participants issus des organisations membres, des partenaires de la CODEL et d’autres OSC, la CENI, le MATD, le CIFOEB, le RENLAC, le MBDHP, la commission de l’Assemblée nationale de transition (ALT) en charge des réformes, les partis politiques et le NDI.
A la lumière des résultats des travaux lors de la rencontre, 07 recommandations phares ont été identifiées et le groupe de réflexion mis en place a mené des actions de plaidoyer. C’est dans ce cadre que la CODEL à été reçue en audience par le DG de l’ONI le lundi 07 novembre
2022 avec pour point principale la question de la CNIB comme document de vote. Aujourd’hui la convention rencontre le MATDS pour lui présenter les différents points de plaidoyer et les changements attendus.
« Nous avons pu suivre tout ce que vous avez fait jusque là. C’est un honneur pour moi de recevoir la CODE… » à dit M. le ministre à la délegation de la CODEL conduite par son président Me Halidou Ouedraogo.
Les 7 thématiques de plaidoyer sont :
 1. le suffrage universel direct comme mode de désignation des présidents de collectivités territoriales
 2. la CNIB ou le passeport comme document unique de vote
 3. la question du quota genre (dédier la liste nationale aux femmes (7), aux jeunes (5), aux personnes vivant avec un handicap (4)
 4. la situation fiscale des candidats à tout poste électif
 5. le financement des partis politiques et de la campagne électorale
 6. la constitutionnalisation de la CENI
 7 la question des candidatures indépendantes.