Crises post électorales : La CODEL organise un séminaire national sur la prévention des conflits liés aux élections municipales

0
87

Les 24 et 25 septembre 2020, la CODEL a réuni les forces vives et une quinzaine de personnes issues de communes ayant connu des difficultés suite aux élections municipales de 2016. Tenu à Bobo Dioulasso sous le thème « séminaire national sur la prévention des conflits liés aux élections municipales » cette rencontre avait pour objectif global de contribuer à la tenue des élections municipales prochaines dans un climat apaisé.

La salle de réunion de la direction provinciale de l’éducation pré scolaire, primaire et non formelle (DPEPPPNF) de Bobo Dioulasso a abrité le séminaire organisé par la Convention des Organisations de la société civile pour l’observation Domestique des Elections (CODEL). Dirigée par Me Halidou OUEDRAOGO, président de la CODEL, la délégation a avant les travaux remercié les participants issus des partis politiques, autorités administratives, des organisations de la société civile, ainsi que des représentants de groupements de femmes et de jeunes pour leur présence. De son intervention, il ressort que Depuis 2018, la CODEL s’intéresse aux crises dans les communes en difficultés au Burkina afin d’apporter sa contribution à l’apaisement des tensions à travers des médiations. Ainsi, convaincu que la commune est la matrice de développement d’un pays, la CODEL a mené des actions dans les communes de Saponé, Bouroum-bouroum, Zogoré, Béguédo, Gourcy, les Arrondissements 4,  3 et 7 de Ouagadougou, Karangasso Vigué, Karangasso Sambla, Dapelogo et cetera. En prélude aux élections couplées présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 au Burkina Faso et celles municipales de 2021, ce séminaire est organisé dans la région des Haut Bassins dans avec l’encouragement des forces vives.

Monsieur Sayouba SAWADOGO représentant le Gouverneur, à demander aux participants de s’investir dans les échanges afin de proposer des formules d’apaisement et de résolution des crises en lien avec les élections. Après la cérémonie d’ouverture, la parole a été donnée aux communicateurs et panelistes.

Communication sur le thème : « Situation des communes après les élections de 2016 »

La session sur la « Situation des communes après les élections municipales de 2016 à maintenant » a été présentée par M. Bruce Emmanuel SAWADOGO, administrateur civil et Directeur général des libertés publiques et des affaires politiques au MATDCS. De sa présentation, on retient que plusieurs communes ont connu des crises qui ont entaché le bon déroulement du processus. Ainsi cela a eu pour conséquences directes des difficultés d’installation des conseils municipaux dans les communes telles Barani, Kougny, Kantchary, Karangasso vigué, Zabré et l’arrondissement 4 de ouagadougou. Certaines communes après avoir pu installer leur commune, ont connu des dysfonctionnements ou interruptions. Ce sont celles de Kombori, Andemtenga,t Zoaga, Kindi, Ziga, Dablo, Saponé, Madjoari, Dandé, Seytenga.

Sur les causes M. SAWADOGO a souligné les problèmes inhérents aux partis politiques, car  certains militants ne respectent pas les décisions de leurs partis : à l’image de Gorgadji dans le Séno, où des conseillers mécontents en viennent aux mains, obligeant à un report du scrutin. Dans d’autres ce sont des disputes de positionnement comme le cas de la commune de Saponé où le maire se serait présenté contre le candidat désigné par le parti. On note également la non prise en compte de certains villages dans les listes électorales comme à Béguédo où deux frères s’entre-déchiraient au sujet de deux listes électorales. Selon le communicateur, l’administration a initié des actions de résolution de ces crises. Ainsi, le conseil des ministres a autorisé la dissolution de seize conseils municipaux et organisé des rencontres de concertations avec l’ensemble des acteurs et procédé à la convocation du corps électoral le 28 mai 2017 pour les élections complémentaires.

Comme solutions, M. Sawadogo a proposé l’opérationnalisation du suffrage universel direct, la description claire de circonscription électorale pour les élections municipales et celle de la qualité des candidats.

Panel : Pourquoi ces crises autour des élections municipales ?

Ce panel a été animé par le maire de la commune rurale de Karangasso-vigué,  Saidou SANA,  madame le maire de l’arrondissement 3 de Ouagadougou, Rainatou OUEDRAOGO, et Me Fako Bruno OUATTARA sous la facilitation de Moise BALMA. Cette séance fut un creuset de leçons à retenir, et les différents intervenants présents ont partagé leurs expériences respectives relatives au vu et vécu au sein de leur localité d’origine et convenir de l’avenir.

Communication sur le thème : « élections des maires au suffrage universel direct, quelles en sont les implications juridiques, politiques et sociales? »

Aristide BERE, ancien Directeur Général des Libertés Publiques et des Affaires Politiques au et actuel Directeur général de l’Office national d’identification (ONI) a fait sa présentation sous le thème « Election des maires au suffrage universel direct, quelles sont les implications juridiques, politiques et sociales ? » Selon le communicateur, la décentralisation présente d’énormes avantages mais présente également de nombreuses limites dans son opérationnalisation sur divers plans tels économique, politique et socio culturel. En ce qui concerne les modes d’élections, M. BERE a présenté ce qu’impliquait d’aller vers un suffrage universel direct pour la désignation non seulement des maires mais aussi des présidents de conseils régionaux. Il a présenté plusieurs scenarii possibles avec leurs avantages et désavantages.

Il appartient aux législateurs de faire les options si le dossier revient sur la table.

A la fin de sa présentation, le communicateur a échangé avec les participants à travers un exercice de questions-réponses sous la modération de M. Rachid Assade ZONGO de l’UNALFA.

Panel : quelles thérapies pour des élections municipales apaisées ?

Ce panel a été animé par Mme Lydia Zanga, secrétaire exécutive de la CODEL, Le directeur de cabinet du Maire de l’Arrondissement 4 de Ouagadougou et Me Fako Bruno Ouattara

Médiations de la CODEL dans les communes en difficultés

Mme Lydia ZANGA a  présenté le contenu du rapport de synthèse des missions de Suivi/médiation dans les communes en difficultés. Selon elle, les chefs coutumiers et maires ont un rôle important dans la résolution des crises. Elle a présenté les bonnes pratiques relevées lors des missions de la CODEL qui peuvent être exploitées pour la prévention et la résolution des crises dans les communes. La modification du code électoral pour autoriser l’élection des maires et présidents des conseils régionaux a été présentée comme un moyen de limiter certaines crises.

Après cette présentation, le représentant du maire de l’arrondissement 4 de Ouagadougou M. Issa Anatole BONKOUNGOU, a partagé leur expérience en matière de résolution des crises. Il a  insisté sur le leadership que doit incarner le maire, le sens de la collaboration, la culture des valeurs.

Pour le dernier paneliste Me Bruno Fako OUATTARA, il est cardinal de procéder à une enquête de  moralité des candidats ainsi qu’une enquête de bonnes mœurs. Pour Me Fako, la maîtrise des textes par les candidats est un préalable.

Au terme des discussions, après avoir remercié la CODEL pour cette belle initiative, les participants ont adopté une recommandation formulée ainsi qu’il suit :

Nous, participants du séminaire national sur la prévention des conflits liés aux élections municipales qui s’est tenu les 24 et 25 septembre 2020 à Bobo Dioulasso après avoir :

  • fait le point de la situation des communes ayant connu des crises lors des élections municipales de 2016 à maintenant ;
  • diagnostiqué les déterminants des crises dans les communes ;
  • et analysé les solutions possibles à court, moyen et long terme.

recommandons que le code électoral soit modifié pour admettre l’élection des maires et des Présidents de conseils régionaux au suffrage universel direct.

La CODEL est donc invitée à poursuivre le plaidoyer en faveur de cela.

Laisser un commentaire