29 C
Ouagadougou
mardi 29 septembre 2020
Accueil Blog Page 8

Observation des élections : La CODEL a lancé sa « machine »

0

La Coalition des organisations de la société pour l’observation domestique des élections (CODEL) a officiellement lancé ce 25 novembre 2015 le dispositif d’observation des élections du 29 novembre 2015. Plus de 5000 observateurs seront déployés et seront en connexion avec le quartier général de la CODEL basé à Ouagadougou.

Le dispositif d’observation mis en place par la CODEL a été lancé ce mercredi à Ouagadougou, en présence des autorités burkinabè, du président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) et des représentants des partenaires techniques et financiers.

L’objectif, a répété Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, est d’aboutir à des élections non violentes, exemptes de fraudes et « susceptibles d’être acceptées  par tous ».

« La machine » déployée par la CODEL, s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication (smartphones, ordinateurs, connexion Internet via satellite), fonctionne auteur d’un cerveau, « la situation room » et un corps, formé par les observateurs.

Plus de 5000 observateurs seront déployés pour couvrir les 17 000 bureaux de vote. Ils sont divisés en observateurs mobiles et d’observateurs fixes. Ils ont pour mission de relever les heures d’ouverture et de fermeture des bureaux de vote, le déroulement du vote et le dépouillement.

Ces informations sont transmises à la « Situation room », subdivisée en trois chambres : la Chambre technique qui recueille et vérifie les données, une Chambre d’analyse où des experts analysent les donnée et une Chambre de décision où les mesures sont prises.

La CODEL ne publiera pas les résultats avant la CENI, selon Me Halidou Ouédraogo (2e à partir de la gauche)
La CODEL ne publiera pas les résultats avant la CENI, selon Me Halidou Ouédraogo (2e à partir de la gauche)

La CODEL rendra publiques toutes les informations qu’elle recevra par ce procédé et les publiera sur son site Internet à l’attention du public. La structure sera également en contact avec la CENI pour signaler tout dysfonctionnement constaté dans les bureaux de vote afin d’y apporter un correctif en temps réel.

La CODEL publiera également les tendances. Mais Me Halidou Ouédraogo a tenu à faire une précision : « nous n’aurons les résultats qu’après la publication de ceux-ci par la CENI ».

Ce dispositif, inédit au Burkina, a déjà été testé dans d’autres pays d’Afrique. Les partenaires techniques et financiers semblent en tout cas y accorder une grande confiance. « Cette situation room électorale est aujourd’hui l’expression la plus achevée de la vocation de veille citoyenne permanente exercée par la société civile et traduite par l’observation des élections en temps réel, permettant d’apporter un correctif en tant que de besoin », explique leur représentant, Jean-Bernard Dubois.

Cette mission de la CODEL se fait en partenariat avec plusieurs ONG dont Diakonia et financée par la Coopération suisse et l’Union européenne.

Pour rappel, les élections couplées législatives et présidentielle auront lieu ce 29 novembre 2015. Plus de 5,5 millions d’électeurs sont appelés aux urnes et la CENI prévoit publier les résultats de la présidentielle dès le 30 novembre 2015.

Abdou ZOURE

Burkina24

Elections 2015 : Le rêve de la CODEL, que « les candidats se congratulent en toute fraternité »

0

Le rêve de  la Convention des OSC pour l’observation domestique des élections (CODEL), exprimé dans cette déclaration,  c’est que les candidats aux élections se congratulent lorsque les résultats seront proclamés.

Le peuple du Burkina Faso se remet pleinement de ses émotions. Le putsch inqualifiable passé, nous devons rapidement nous remettre à la tâche, nous redresser davantage avec détermination et aller résolument de l’avant. Nous en appelons au renforcement de l’Etat de droit, à la construction de la Démocratie, à l’ouverture et à la consolidation des chantiers du développement et du progrès social.

Les élections couplées présidentielles/législatives du 29 novembre 2015, celles communales annoncées pour janvier 2016 nous ouvrent résolument la voie de l’espoir et nous invitent à nous y investir sans faille et pleinement.

Les Burkinabè, en rejetant avec courage et de façon déterminée le putsch du 16 et 17 septembre 2015, après avoir montré qu’ils étaient tributaires d’une histoire glorieuse, inspirent toutes les franges et couches sociales de ses composantes et renouent avec leurs expériences séculaires, chantées sur de nombreux fronts et à travers des âges. Les Burkinabè ne veulent pas être trompés institutionnellement dans leurs choix vers le progrès social.

Préparons sereinement les élections pour lesquelles la conquête de l’électorat est lancée et accordons le minimum de confiance aux Institutions de la Transition, qui il faut le rappeler, a été accompagnée dans la lutte contre l’état d’exception par tout un peuple uni et fier.

La CODEL s’est résolument engagée, ensemble avec ses membres et ses partenaires, pour parvenir à une élection transparente, exempte de violences et de fraudes, le soir du 29 novembre.

La CODEL veillera avec toute ses forces, avec toute sa base mobilisée et avec les partenaires qui l’accompagnent afin que les résultats de ces élections soient acceptés par tous à l’annoncée des gagnants.

Pour arriver à tout cela, nous avons adopté pour la première fois la stratégie de la Situation Room. La stratégie de la Situation Room, déployée avec l’aide d’experts avisés et engagés, implique le comptage parallèle et en temps réel des votes.

Démarche nouvelle au Burkina Faso certes, la situation room a toutefois déjà été expérimentée dans de nombreux pays comme le Sénégal, le Ghana, le Mali, la Guinée, le Nigéria, la Sierra Léone, Côte-d’Ivoire….d’où nous tirons d’importantes leçons pour le succès de l’observation domestique dans notre pays.

La CODEL compte tirer le meilleur de cette stratégie d’observation électorale pour réussir le suivi des élections couplées présidentielles/législatives du 29 novembre 2015.

Electeurs, candidats, citoyens et citoyennes du Burkina Faso, soyons sereins et allons aux élections du 29 novembre, réussissons les dans le calme, dans la confiance retrouvée et ensemble.

Pour sa part, la CODEL est prête. Elle est prête pour accompagner le processus vers des élections transparentes, exemptes de fraudes et de violences. Son rêve c’est qu’au sortir de ces élections, les candidats se congratulent en toute fraternité puis retroussent les manches pour s’attaquer aux chantiers du développement, de l’unité nationale et de la cohésion sociale et institutionnelle, pour un Burkina Faso au service de ses filles et fils.

Nous ne saurons terminer notre message sans remercier notre peuple, les autorités politiques, les partenaires techniques et financiers avec lesquels nous avons vécu de grands moments d’engagement forts, de solidarité effective et de volonté réelle.

Le président,

Maitre Halidou Ouédraogo

Avocat à la cour

Elections 2015 : La CODEL déployera 6355 observateurs électoraux

0

Ceci est une déclaration de la Coalition des organisations de la société civile pour une observation domestique des élections (CODEL), dirigée par Me Halidou Ouédraogo. Il y donne les raisons d’être de cette coalition et les objectifs qu’elle vise. Me Halidou Ouédraogo donne surtout des précisions sur cette nouvelle façon d’observer les élections qui sera expérimentée au Burkina.

La Convention des Organisations de la Société Civile pour l’Observation Domestique des Elections en abrégé CODEL, a été créée le 3 juillet 2015. Son objectif principal est d’assurer des élections transparentes, impartiales, sans germes de violences ni de corruption lors des scrutins électoraux du 11 octobre 2015 et des municipales de 2016.

Composée d’Organisations non Gouvernementales, bien formées et bien outillées grâce à un partenariat solide et complet des PTF (One Word, Diakonia, NDI, etc.), la CODEL est encadrée par des techniciens alliant la bureautique à l’expérience électorale. forte des cas de surveillance de scrutins tenus dans notre pays depuis décembre 1992 et tirant des leçons qui prévalent sur le Continent Africain à l’issue des consultations institutionnelles mal achevées dans bien de cas, elle entend apporter une innovation technique et fiable de surveillance électorale Domestique. Cette innovation va sans conteste rassurer les compétiteurs et inspirer confiance à l’électorat, blasé par de nombreuses années d’élections banalisées dont les résultats étaient connus avant les dépouillements.

Des surveillances Domestiques d’élections sont déjà intervenues au Ghana, au Sénégal, au Nigérian, etc. avec des résultats jugés positifs. La CODEL s’inspirant de ces expériences s’est structurée en conséquence dans le cadre d’une plateforme électorale, dénommée « situation Room », pour offrir au peuple Burkinabé, une observation électorale dont les résultats devraient être acceptés par tous, à l’issue du scrutin.

Quelques 6355 observateurs électoraux seront déployés sur le territoire électoral.

Ces observateurs sont formés minutieusement par des spécialistes en la matière. Divisés en deux catégories, ils comprendront des observateurs « piquets » et des observateurs « mobiles ». Tous seront menus de téléphones portables et de Smartphones. Ce qui dénote du caractère innovant de notre action. Le dispositif mis en place permet un comptage parallèle des résultats et un suivi par tous les acteurs en temps réel des opérations sur le site web wwwburkinavote.com créé à cet effet.

Nos observateurs sont disciplinés, neutres et seront fidèles au poste, de l’ouverture à la fermeture des bureaux de vote pour les observateurs piquets qui feront remontés les résultats après les dépouillements des bulletins.

C’est dire qu’ils resteront toute la journée dans les bureaux de vote, leurs tâches finiront après les transmissions des résultats à notre chambre de veille.

Les observateurs mobiles procéderont à une surveillance classique. Ils doubleront de vigilance et feront remonter à tout instant leurs impressions sur le déroulement du scrutin à la chambre de veille. Ils assisteront à la réédition des résultats par les 368 centres communaux mis en place par la CENI. Leurs actions seraient une opération complémentaire utile.

Ces informations ont pour but d’inviter tous les acteurs à suivre les actions de la CODEL, à ouvrir l’œil et à lui faire confiance. Aidez-la, assistez-la. Faisons en sorte que ces élections soient des élections que nous souhaitons et que les résultats profitent à la population conformément à ces souhaits et espérances des 30 et 31 octobre 2014.

Un code de bonne conduite a été signé par les partis politiques, les Médias, la Société Civile dont la CODEL pour garantir des élections apaisées et faibles.

Après la validation des candidatures aux législatives et aux présidentielles par le Conseil Constitutionnel, c’est le temps de dire : ‘’A vos marques et que le meilleur gagne’’ dans la sérénité, le fairplay, avec courage, sagesse pugnacité, honnêteté, dans le calme social, avec la conviction de contribuer à la construction du Burkina Faso. La CODEL est sur cette voie, elle accompagne dans la neutralité, l’impartialité, le savoir-faire pour que les meilleurs soient choisis par notre peuple.

Bonne chance à tous !

Le Président,

Maître Halidou OUEDRAOGO

Avocat à la Cour

Publications recentes